PRESENTATION
LES EQUIPES
RESSOURCES
ENSEIGNEMENT
COMMUNICATION

Bienvenue à l'Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire


Annuaire     Contact     Intranet    CNRS    UCA    Autres sites CNRS
 

Hélène MARIE
Directrice adjonte de l'IPMC
Chef d'équipe
Jacques BARIK
Chef d'équipe

L'EQUIPE

Azoulay

Barik

Berthieux

Bethus

Dunot

Fernandez

Gandin

Marie

Moreno

Pirro

Pousinha

Ribeiro

Ribera

Rigoni

Royon

Villet

Violain
LES PUBLICATIONS

 
 Battivelli D. et al. (2023). Dopamine neuron activity and stress signalling as links between social hierarchy and psychopathology vulnerability. Biol Psychiatry

 Broussot L. et al. (2022). A non-canonical GABAergic pathway to the VTA promotes unconditioned freezing. Mol Psychiatry

 Andrianarivelo A. et al. (2022). [Interaction between dopamine and glutamate receptors: A therapeutic target against addiction?]. Med Sci (Paris)

 Ortiz V. et al. (2022). Nicotinic receptors promote susceptibility to social stress in female mice linked with neuroadaptations within VTA dopamine neurons. Neuropsychopharmacology

 Zayed A. et al. (2022). SWI/SNF chromatin remodeler complex within the reward pathway is required for behavioral adaptations to stress. Nat Commun

 Allichon M.C. et al. (2021). Cell-Type-Specific Adaptions in Striatal Medium-Sized Spiny Neurons and Their Roles in Behavioral Responses to Drugs of Abuse. Front Synaptic Neurosci

CONTACTS
Hélène MARIE
Chef d'équipe, 04 93 95 34 40

Jacques BARIK
Chef d'équipe, 04 93 95 34 43


 

Equipe du Dr Hlne Marie et du Dr Jacques Barik
Physiopathologie des Circuits Neuronaux et du Comportement

Public
expert

Grand
public

Activités de l'équipe

Notre équipe s’intéresse à la modulation de la plasticité neuronale dans les conditions physiologiques et pathologiques. Une solide expertise au sein de l’équipe en électrophysiologie in vitro (field et patch clamp sur tranche) et en comportement nous permet une approche transversale des mécanismes moléculaires à la sortie comportementale.  Pour manipuler les mécanismes cellulaires impliqués dans les diverses pathologies, nous utilisons une approche virale pour l’expression de protéines in vivo ainsi que des lignées de souris transgéniques. Actuellement, nous développons aussi des outils biochimiques et imagerie cellulaire pour compléter notre approche transversale. Nous collaborons aussi avec des équipes nationales et internationales pour des analyses biochimiques et neurocomputationelles de la fonction neuronale.

Notre recherche s’articule sur deux axes principaux :
La maladie d’Alzheimer (MA)
L’amyloid precursor protein (APP) est une protéine clé impliquée dans l’étiologie de la MA. Cette protéine est clivée en plusieurs fragments par un processus hautement régulé. Nous connaissons peu de choses sur la fonction physiologique d’APP et de ses fragments. Il a été montré que le fragment le plus étudié, l’amyloïde b (Ab), perturbe la plasticité neuronale et les comportements associés, surtout dans les aires cérébrales impliquées dans la formation de mémoires comme notamment dans l’hippocampe. Mais plusieurs autres peptides issus du clivage d’APP régulent probablement la fonction du cerveau en condition physiologique. Le but principal de nos recherches est de mieux comprendre le rôle physiologique d’Ab et ces autres peptides issus d’APP dans le cerveau. L’identification de leur fonction endogène devrait permettre de mieux comprendre comment une dérégulation du clivage d’APP ou de la dégradation de ces peptides dans le cerveau contribuent à la mise en place de la MA. En collaboration avec des experts de neurosciences computationnelles, nous travaillons sur la modélisation des perturbations synaptiques dans ces conditions pathologiques pour mieux comprendre l’impact de ces fragments d’APP sur les neurones de l’hippocampe au niveau du neurone individuel et dans le contexte d’un réseau neuronal.

Troubles Mentaux
La dépression et les troubles anxieux sont des maladies mentales fréquentes et souvent associés aux addictions (ex : tabac, alcool et psychostimulants). Le stress et les drogues d’abus constituent des facteurs de risque environnementaux facilitant ou précipitant l’apparition de ces pathologies. Ces altérations comportementales peuvent être modéliser chez le rongeur suite à des expositions répétées à des évènements stressants ou bien aux drogues d’abus. Nous nous intéressons aux circuits neuronaux qui sous-tendent la perception de ces stimuli, récompensants ou aversifs. Pour cela, nous utilisons des outils chimio- et opto-génétiques couplés à des approches moléculaires, électrophysiologiques et comportementales associés à des modèles précliniques de ces pathologies. Notre objectif est de pouvoir développer des thérapies basées sur la modulation des circuits neuronaux afin de traiter les manifestations comportementales de ces troubles.
 

Photo de l'équipe

Financements

IPMC UMR7275
660 Route des Lucioles
SOPHIA ANTIPOLIS
06560 VALBONNE

tél : 04 93 95 77 77 - fax : 04 93 95 77 08

 

INSTITUT DE PHARMACOLOGIE MOLECULAIRE ET CELLULAIRE

mentions légales
données personnelles